Droit comparé et droit québécois - Patrick GLENN.

Parler de l’influence du droit étranger en droit québécois implique déjà l’existence d’une ligne de démarcation nette entre ce qui est le droit étranger et ce qui est le droit québécois. Cette attitude, qui se traduit aujourd’hui par l’emploi courant de l’expression un " système juridique", impliquant l’existence d’unités autonomes de droit, est pourtant très récente dans l’histoire du droit.

Avant le dix-neuvième siècle, ni le droit français, ni le droit anglais nétaient conçus en termes de système, et les deux traditions étaient plus ou moins, selon l’époque, ouvertes aux influences étrangères. Ainsi, en France, la première chaire pour l’enseignement du droit français n’a été créée qu’en 1682 par Louis XlV, tandis qu’en Angleterre, le diplômé en droit de l’Université Oxford s’appelle toujours le bachelier en droit civil, malgré le fait que l’enseignement de la common law ait largement remplacé celui du droit civil, considéré pendant des siècles comme seul droit digne d’intérêt par les universitaires britanniques.

(...)

PDF - 6.9 Mo
L’analyse complète au format PDF.
  • Dernière mise à jour: 26 avril 2013
.