"De la nécessaire règlementation de la cryptomonnaie dans la zone CEMAC"Par Pétronille MAFOHO BOUDJEKA, Docteur en Droit

Résumé
Forme numérique d’échange reposant sur un jeu de cryptographie, les cryptomonnaies sont de plus en plus utilisées dans le monde. Détachées du contrôle des banques centrales, leur expan-sion est aujourd’hui telle qu’elles s’imposent à côté des unités monétaires classiques, et qu’il est désormais difficile de les ignorer. Elles présentent toutefois un inconvénient, celui de n’être adossées sur aucun étalon de valeur stable. C’est la raison pour laquelle les pays qui les considèrent comme incontournables les recréent sous la forme plus stable de Monnaie Digita-le de Banque Centrale (MDBC).
Dans la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale cependant, les pouvoirs publics semblent peu intéressés par le phénomène. Pourtant, il y aurait de nombreux avanta-ges pour les pays de l’espace concernés à se saisir des cryptomonnaies et à les règlementer.

Abstract
More and more used in the world nowadays, cryptocurrencies are a digital form of exchange landing on a cryptographic system. Existing over the control of central banks, its expanding is such as it has an important place beside classic currencies. However, it has a major disadvan-tage by not being supported by a stable standard. That is why countries which consider that it cannot be rounded recreate it under a different and more stable form of Central Bank Digital Currency (CBDC).
In the Economic and Monetary Community of Central African States, public authorities seems not interested by that phenomenon, whereas it surely does exist many advantages for those countries to regulate on it.

Référence pour citer l’article :

RDAA, Avril 2020 – « De la nécessaire règlementation de la cryptomonnaie dans la zone CEMAC », Pétronille MAFOHO BOUDJEKA, http://www.institut-idef.org

----------------------------

En 2009, a vu le jour la première forme de monnaie reposant sur un système numérique par un jeu de cryptographie, donnant naissance à ce qui a été appelé la cryptomonnaie . Durant leurs trois premières années d’existence, les cryptomonnaies, dont la plus connue est le Bit-coin, ont rapidement gagné l’attention des médias et du public. Elles ont été acceptées pour les échanges, quoique leur évolution ait été freinée par leur volatilité .

Certains ont pensé que le phénomène s’éteindrait aussi vite qu’il s’était répandu, notamment parce qu’elles ne sont contrôlées, garanties, ni émises par une banque centrale, et représentent de ce fait un gros risque pour les utilisateurs. Mais l’expansion aujourd’hui mondiale des cryptomonnaies, démentent ce postulat . Facebook a notamment annoncé le lancement de sa propre cryptomonnaie appelée Libra . De même, l’on note un intérêt grandissant des Etats pour les cryptomonnaies. Ainsi, la Chine, la France, pensent à créer leur propre cryptomon-naie, en lui enlevant toutefois l’inconvénient de l’absence totale de contrôle par la banque centrale . Cette forme de de cryptomonnaie est appelée Central Bank Digital Currency (CBDC) ou Monnaie Digitale de Banque Centrale (MDBC).

Lire l’article en ligne

PDF - 1.9 Mo
"De la nécessaire règlementation de la cryptomonnaie dans la zone CEMAC"Par Pétronille MAFOHO BOUDJEKA, Docteur en Droit
  • Dernière mise à jour: 5 mai 2020
.